Édition scientifique à l'ère de l'Open Access, Gestion et partage des données et des logiciels

Rapport de Knowledge Exchange sur la reproductibilité de la recherche : cinq conclusions à retenir

La reproductibilité et la transparence sont essentiels pour garantir la fiabilité et la qualité de la recherche et faciliter l’exploitation des connaissances existantes. L’ouverture des résultats de la recherche (données, logiciels et publications) en est un élément primordial, même si l’ouverture seule ne garantit pas la reproductibilité.

Knowledge Exchange (une collaboration européenne dont on vous parlait déjà ici) a exploré les pratiques et les obstacles actuels dans le domaine de la reproductibilité de la recherche via une analyse complète de la littérature et une série d’entretiens et de focus groups. Les résultats de leur étude ont été publiés dans un rapport très instructif : The Art of Publishing Reproducible Research Outputs: Supporting emerging practices through cultural and technological innovation.

Dans ce rapport, la reproductibilité de la recherche est définie comme les cas où les données et les procédures partagées par les auteurs d’une étude sont utilisées pour obtenir les mêmes résultats que dans leur travail original. Cela peut nécessiter, par exemple, une description détaillée des méthodes utilisées pour traiter et analyser les données, l’accès aux jeux de données pertinents et la possibilité d’obtenir et d’exécuter un code informatique, le cas échéant.

Knowledge Exchange a tiré cinq conclusions clefs à retenir de leur travail :

  • Les différentes communautés disciplinaires montrent un intérêt croissant pour la reproductibilité et partagent la même vision à long terme : accroître l’ouverture et la transparence de la recherche.
  • Une approche « bottom-up » est nécessaire pour élaborer les futures politiques en faveur des pratiques de recherche reproductible. Cela signifie que les nouvelles pratiques doivent d’abord être définies au sein de chaque discipline scientifique avant que leurs besoins puissent être correctement compris, mis en œuvre et soutenus par les organismes de recherche, les bailleurs de fonds, les éditeurs…
  • Le travail de reproductibilité doit être complètement intégré au processus de recherche : des mesures incitatives doivent être mises en place pour récompenser les efforts et le temps passé à assurer la reproductibilité de la recherche et les chercheurs doivent être accompagnés dans ce processus, notamment via des formations.
  • Les bonnes pratiques de gestion des données sont une condition nécessaire à une recherche reproductible.
  • De nombreux outils et infrastructures numériques sont disponibles mais le manque d’interopérabilité entre eux est un obstacle à la publication de résultats de recherche reproductibles. Les fournisseurs de services ont un rôle important à jouer pour poursuivre l’innovation technologique dans ce sens et les scientifiques doivent leur communiquer leurs exigences.

Pour aller plus loin :