Édition scientifique à l'ère de l'Open Access

Quinze journaux acceptent désormais des articles reviewés par des communautés de chercheurs

Certains éditeurs scientifiques font déjà appel à des services extérieurs pour la traduction de manuscrits, la mise en page ou la correction orthographique. Une nouvelle étape est désormais franchie par une quinzaine de revues scientifiques (dont BMJ Open Science et Royal Society Open Science) qui déclarent qu’elles accepteront des articles ayant été examinés (peer review) par certaines plateformes extérieures.

Cette délégation intégrale du peer review à des communautés bénévoles, comme Peer Community In, marque un tournant dans le rapport aux procédures d’éditions.

Peer Community In (PCI) est une organisation scientifique à but non lucratif qui vise à créer des communautés spécifiques de chercheurs qui examinent et recommandent, gratuitement, des prépublications dans leur domaine. Plusieurs initiatives PCI existent, soit thématiques comme PCI Ecology, soit spécialisées dans certains types de publications, comme PCI RR qui n’examine que les Registered Reports (on vous expliquait ce que c’est ici). Toutes ont en commun une exigence de transparence et de rigueur.

Même si selon une étude parue en 2019 le recours aux plateformes de peer reviewing ouvertes restait encore minoritaire dans le monde de l’édition, la multiplication de ces initiatives met en lumière la volonté de se réapproprier le circuit de la publication et de rendre visible ce travail essentiel et bénévole des chercheurs.