On vous explique

Les identifiants numériques des chercheurs

Un identifiant chercheur est un code numérique permanent attribué à un chercheur de façon à l’identifier de façon univoque et éviter ainsi les risques d’homonymie. Cet identifiant permet d’attribuer à un chercheur les produits de recherche dont il est l’auteur : articles, brevets, jeux de données scientifiques, bourses, projets financés…

L’identifiant chercheur le plus largement utilisé est l’ORCID (Open Researcher and Contributor ID). Il peut être utilisé sur de nombreuses bases et plate-formes scientifiques sur le web : bases de données (HAL, Web of Science, Scopus…), éditeurs de revues (Elsevier, Springer, Wiley, PLoS…), agences de financement (Wellcome Trust, European Research Council…) ou entrepôts de données (Dryad, Zenodo, Figshare…). ORCID propose un ensemble de services associés, dont un CV en ligne qui peut se mettre à jour automatiquement, sous réserve d’autoriser les échanges avec les bases de données.

Il existe également d’autres identifiants chercheurs, spécifiques de chaque environnement numérique, comme par exemple :

  • l’IdHAL, l’identifiant unique d’un auteur propre à l’archive ouverte HAL
  • le ResearcherID, l’identifiant associé à la base de données bibliographique Web of Science
  • le ScopusID, l’identifiant associé à la base de données bibliographique Scopus

Les identifiants numériques peuvent communiquer entre eux. Il est ainsi possible de rapatrier sous un même identifiant tous les produits de recherche référencés grâce aux autres identifiants. On peut, par exemple, importer dans son profil ORCID les références des publications indexées dans les bases de données Web of Science, Scopus et HAL.

Voir par exemple : Comment compléter son dossier ORCID avec ses dépôts HAL ?

Une illustration de l’ORCID :

Image en CC-BY @jennifercham

Pour aller plus loin : https://espacechercheurs.enpc.fr/fr/identifiants-chercheurs