A la une

« De la nécessité de la Science Ouverte, en temps de pandémie et bien au-delà »

Retour sur la chronique de Bernard Rentier (ULiège) et Marc Vanholsbeeck (ULB) : De la nécessité de la Science Ouverte, en temps de pandémie et bien au-delà. Elle met en lumière la nécessité absolue de garder l’élan d’ouverture de la communication scientifique suscité par la pandémie de Covid-19 et dresse le bilan de ces derniers mois.

« Le contexte actuel de la pandémie et les bouleversements socio-économiques que l’effort pour la contrer entraîne, mais également les autres grandes préoccupations de l’humanité comme les changements climatiques, la transition énergétique, la faim dans le monde, exigent des résultats de recherche fiables, partagés équitablement et sans délai au niveau mondial. ».

Tout est dit.

Les auteurs dressent un historique des processus de communication scientifique classiques jugés anachroniques. Ils dénoncent des systèmes de publications, de révisions et d’évaluation qui sont figés depuis des décennies et mettent en exergue leurs biais : lents, onéreux et opaques.

La Science ouverte change la donne. Elle offre une adaptation maximale aux outils actuels de communication scientifique. Le monde interconnecté dans lequel nous vivons permet d’être plus transparent et inclusif en rendant les connaissances, résultats et données librement disponibles et accessibles à tous. Ainsi, la révision ouverte facilite l’évolution ‘vers une plus grande responsabilisation de l’expertise’. La réduction considérable des délais entre soumission et publication des articles et la valorisation des prépublications augmentent la rapidité de ‘circulation de l’information de la recherche expérimentale et clinique’ ce qui a ainsi ‘autorisé en six mois une progression de la gestion médicale de la pandémie et une atténuation de la gravité moyenne des infections.’

Ainsi la recherche publique doit prendre un nouveau cap, avec une circulation libre de l’information qui en est issue, quelle qu’elle soit. ‘Nous devons commencer dès maintenant à réorienter nos ressources vers des infrastructures et des services communautaires ouverts dont les valeurs sont en accord avec les préoccupations actuelles de la recherche et de la société

Lire l’article sur Carta Academica : « De la nécessité de la Science Ouverte, en temps de pandémie et bien au-delà ». Novembre 2020