Édition scientifique à l'ère de l'Open Access, Évaluation et pilotage de la recherche

Open peer review : un mouvement qui prend de l’ampleur

L’open peer review ou littéralement « évaluation par les pairs ouverte » connait depuis quelques années un usage grandissant. Il ne s’agit plus seulement d’ouvrir les productions scientifiques mais leurs coulisses : l’échange entre auteurs et évaluateurs conduisant à la publication.

Dans un article publié en mars 2020, Pierre Carl Langlais et EPRIST font la synthèse de nombreuses études sur l’évaluation ouverte. L’article effectue un retour éclairant sur l’origine de la pratique ; il se penche sur l’accélération de sa diffusion ces deux dernières années ainsi que sur les modèles variés sous lesquels l’évaluation ouverte se décline. Enfin, études à l’appui, il interroge le devenir de cette pratique dans les temps à venir.

Voici quelques-uns des sujets abordés :

  • Développement des politiques d’évaluation ouverte : un essor sans précédent depuis deux ans

La pratique de l’évaluation ouverte est déjà attestée en 2001, avec 38 revues dont 36 en sciences médicales. Elle connaît une croissance continue pendant les quinze années suivantes, puis une soudaine accélération à partir de 2017, passant de 247 revues à 618 en 2019.

  • L’évaluation ouverte nuit-elle à la participation ?

C’est probablement l’aspect le plus critiqué de l’évaluation ouverte : la procédure démotiverait les évaluateurs en retirant la protection de l’anonymat. Toutefois, une étude menée par Bravo et al. en 2019 n’identifie pas d’impact significatif global de l’évaluation ouverte sur la participation. De manière plus inattendue, la pratique semble être davantage favorisée par les jeunes chercheurs. L’attribution d’un DOI et la possibilité de valoriser l’évaluation dans son curriculum académique pourrait ainsi avoir eu un impact positif sur la participation.

  • Vers une évaluation sans revue ? L’avènement des plateformes de peer-reviewing

L’article cite notamment l’exemple de PeerCommunity (dont nous avions parlé ici) ou encore de bioRxiv qui a récemment lancé un nouveau projet pilote : Transparent Review in Preprint (que nous présentions ici).