Évaluation et pilotage de la recherche

L’OPECST souhaite « l’éclosion d’une culture commune et positive de l’intégrité scientifique au travers de la science ouverte »

« Promouvoir et protéger une culture partagée de l’intégrité scientifique« , c’est le titre d’un rapport publié par L’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) le 4 mars 2021.

Ce rapport a comme origine des « méconduites scientifiques » très médiatisées en 2019 mais il ne se limite pas uniquement à ces quelques cas, puisque l’immense majorité des chercheurs est vertueuse. L’objectif est également de mettre en évidence les problèmes systémiques, inhérents au monde de la recherche, qui tendent à favoriser les méconduites scientifiques : les critères d’évaluation de la recherche, la course à la publication scientifique ou encore la pression à la production de résultats positifs sont autant de facteurs qui sont susceptibles de provoquer certains comportements peu intègres.

Le rapport s’articule en 4 parties :

1) Le cadre général de l’intégrité scientifique : principes, textes et acteurs. Il met en en évidence les concepts de « fiabilité », « respect », « honnêteté » et « responsabilité », inscrits dans le code de conduite européen pour l’intégrité de la recherche.

2) Le traitement des manquements à l’intégrité : inscrits dans un cadre d’ores et déjà robuste, le rapport présente une typologie des méconduites observées et leur traitement. Il souhaite mieux encadrer la judiciarisation de certaines affaires.

3) Une culture partagée de l’intégrité scientifique, socle durable d’un nouveau contrat de confiance avec la société ; la nécessité de développer un environnement de recherche favorable afin de s’affranchir des modes de fonctionnement délétères, reconnus pour être la cause principale des manquements scientifiques.

4) Les rapporteurs formulent 10 recommandations visant à rétablir la confiance à l’égard du monde scientifique. Ils proposent notamment des mesures favorisant l’éclosion d’une culture commune et positive de l’intégrité scientifique au travers de la science ouverte et d’une réforme nécessaire de l’évaluation de la recherche, afin de stopper la course à la publication et l’usage inapproprié des facteurs métriques servant à évaluer les chercheurs.

Lire la synthèse en 4 pages du rapport de l’OPECST