Édition scientifique à l'ère de l'Open Access

Enquête du SNIRS sur la politique gouvernementale de Science ouverte et l’obligation de dépôt dans HAL : loin de l’unanimité

Le Syndicat National Indépendant de la Recherche Scientifique et de l’Enseignement Supérieur (SNIRS) a communiqué récemment les résultats de son enquête sur la politique gouvernementale de Science ouverte et l’obligation de dépôt dans HAL.

Résultat mitigé dans l’opinion des enquêtés (301 scientifiques et personnels d’appui à la recherche) : si la science ouverte remporte une adhésion relativement importante dans son principe, la qualité de sa mise en œuvre dans les établissements et l’ergonomie de la plateforme HAL laissent sceptiques un certain nombre de répondants. Ainsi, 39% des répondants jugent HAL “utile mais mal conçu” et 22% “inadapté et redondant avec d’autres outils”.

Des opinions tranchées s’affrontent quant à l’utilité des obligations de dépôt, indispensables pour certains, liberticides pour d’autres : 49% des répondants pensent que le dépôt doit rester facultatif, alors que 41% sont pour les obligations.

En ce qui concerne l’utilisation de la plateforme HAL pour le travail de recherche, si tout le monde ne s’en sert pas, il est intéressant de voir qu’elle rentre tout de même progressivement dans les usages, qu’ils soient réguliers (12% des répondants) ou occasionnels (40% des répondants).

Agrémenté de nombreux verbatims, le bilan de cette enquête donne un aperçu intéressant des acculturations différentes selon les domaines de recherche ainsi que de la dimension politique que la question du partage de ses travaux revêt pour la communauté scientifique dans toute sa variété.

Print Friendly, PDF & Email