Édition scientifique à l'ère de l'Open Access

Contributeurs, demandez CRediT !

A l’heure où la Science Ouverte promeut la transparence à tous les niveaux de la recherche, la taxonomie CRediT (Contributor Roles Taxonomy) permet d’en ajouter au niveau des contributions des auteurs. Elle permet en effet d’identifier, de façon claire et homogène, le rôle spécifique joué par chaque contributeur à une production scientifique.

CRediT propose ainsi 14 types de contributions :

  • Conceptualization pour la conceptualisation des objectifs de l’étude ;
  • Data Curation pour la gestion des données ;
  • Formal analysis pour l’utilisation de techniques statistiques, mathématiques ou informatiques lors de l’analyse des données de l’étude ;
  • Funding acquisition pour l’obtention de financement ;
  • Investigation pour la conduite des expériences ou le recueil des données ;
  • Methodology pour la création des méthodes ou des modèles ;
  • Project administration pour la partie gestion de projet et planification ;
  • Resources pour la mise à disposition de ressources (réactifs, animaux, échantillons…) ;
  • Software pour la conception de programmes informatiques ou le test des codes ;
  • Supervising pour la responsabilité de supervision et de direction ;
  • Validation pour la vérification de la reproductibilité des résultats ;
  • Visualization pour la visualisation et la présentation des données ;
  • Writing – Original draft pour la rédaction de la version originale de la publication ;
  • Writing – Review & Editing pour l’examen critique de la publication, les commentaires, etc.

Un contributeur peut se voir attribuer plusieurs rôles et un rôle donné peut être attribué à plusieurs contributeurs. Lorsque plusieurs personnes jouent le même rôle, le degré de contribution peut être spécifié en utilisant les qualificatifs lead, equal ou supporting.

Dans un entretien publié dans le premier numéro de l’infolettre de l’Office Français de l’Intégrité Scientifique (OFIS), Marie-Claude Deboin, déléguée à l’information scientifique et technique au Cirad, présente l’intérêt de cette démarche pour l’intégrité scientifique : CRediT permet une meilleur reconnaissance de chaque contributeur (intéressant pour les carrières, lors du recrutement…) mais aussi une plus grande responsabilisation de chacun des acteurs.

Marie-Claude Deboin souligne également quelques limites : selon elle, « CRediT ne résout pas toutes les questions d’autorat ». En particulier, le rôle d’auteur correspondant n’est pas encore clairement identifié alors que ce dernier joue un rôle à part entière (gestion des discussions entre les co-auteurs, relations avec l’éditeur…). De plus, Marie-Claude Deboin mentionne un « risque d’hyperinflation des contributeurs » : il ne faudrait pas que l’utilisation de cette taxonomie accroisse de manière exagérée le nombre de contributeurs par publication ou augmente la tentation d’évaluation quantitative.

Malgré ces limites, le nombre croissant d’éditeurs qui utilisent cette taxonomie et son intégration dans ORCID laissent à penser qu’elle a de bonnes chances de se développer.

Alors si vous êtes rédacteur en chef d’une revue ou que vous collaborez à une publication, n’hésitez pas à demander CRediT !

Print Friendly, PDF & Email