On vous explique

Le CV narratif, pour une évaluation plus qualitative

Depuis plusieurs années maintenant, on cherche à améliorer l’évaluation des chercheurs en limitant l’utilisation d’indicateurs quantitatifs régulièrement décriés. Le CV narratif fait partie des éléments de réponse et certains commencent à l’utiliser, comme UK Research and Innovation, le principal financeur au Royaume-Uni.

Ce type de CV doit permettre aux chercheurs d’exposer leurs compétences et expériences plutôt qu’une liste de financements et de publications. Peu d’exemples existent pour le moment mais celui que la Royal Society a développé avec l’aide de la DORA donne une bonne idée de l’esprit.

Dans ce CV, il est demandé au chercheur de présenter sa carrière selon 4 axes :

  • Sa contribution au développement de la connaissance dans son domaine : quelles idées et hypothèses le chercheur a-t-il été amené à tester, comment a-t-il communiqué dessus au reste de la communauté, comment a-t-il pu les financer… ? Le chercheur pourra ici présenter une sélection de ses productions scientifiques tout en expliquant en quoi cette sélection est pertinente.
  • Sa contribution au développement des individus (ses collègues, ses étudiants…) : quelle expertise a-t-il pu apporter à ses équipes, quelles activités de management ou d’enseignement a-t-il eu, quelles collaborations a-t-il établi… ?
  • Sa contribution à la communauté recherche au sens large : quelles activités, autres que celles déjà mentionnées au-dessus, a-t-il exercé au profit de la communauté scientifique (peer-reviewing, editing, implication dans des commissions, organisation d’évènements…) ?
  • Sa contribution à la société dans son ensemble : dans quels engagements sociétaux ou échanges de connaissances le chercheur s’est-il impliqué ? (science ouverte, médiation scientifique, collaboration avec le secteur privé, le grand public…)

Ce CV ne règlera, bien sûr, pas tous les problèmes et n’est pas sans défaut : il est plus long à rédiger et plus long à évaluer. Mais la carrière du postulant étant présentée avec son contexte, les différents biais souvent mis en avant lors des évaluations (comme ceux liés au genre ou aux parcours atypiques) devraient être plus facilement atténués.

Aujourd’hui, le CNRS souhaite promouvoir ce type de CV lors de ses évaluations, et de plus en plus d’organisations se lancent dans son expérimentation. Vous pourriez donc bientôt avoir à en rédiger un.

Pour aller plus loin : A Narrative CV for Universities? LSE Impact Blog