Édition scientifique à l'ère de l'Open Access

Plusieurs centaines de revues prédatrices indexées dans les bases de données bibliographiques

Dans une news publiée dans Nature, le journaliste scientifique Dalmeet Singh Chawla rebondit sur une étude montrant que 324 revues potentiellement prédatrices sont indexées dans la base de données bibliographique Scopus. Ces revues représentent environ 164 000 articles entre 2015 et 2017, soit 2,8% du nombre total de publications indexées par la base sur cette période.

L’étude parue dans Scientometrics le 7 février dernier met ainsi en avant l’infiltration de plus en plus importante des revues prédatrices (on vous explique ce que c’est ici) dans les bases de données bibliographiques. Ceci fait craindre que les chercheurs ne basent à l’avenir leurs recherches sur des résultats de mauvaise qualité (car non revus par les pairs) et ne disséminent une « science peu fiable ».

Afin de lutter contre ce problème, les bases de données comme PubMed et Scopus font très attention à ne plus indexer ces revues dès qu’elles sont identifiées. Cependant, la tâche est ardue puisque ces revues changent constamment de nom et d’éditeur et leur nombre ne fait qu’augmenter.

Pour en savoir plus : News in Nature du 8 Février 2021